Rechercher
Mon compte Mon panier
Les minis cocos

Les minis cocos

Les Minis Cocos, c’est l’envie de proposer une collection de jolies pièces, toutes en harmonie, pour les tout-petits principalement, mais pas seulement.

C’est l’envie aussi, de créer un univers réuni par des illustrations remplies de poésie, et décliné sur différentes matières. Le papier, la céramique, mais aussi et surtout, le tissu, avec une collection de langes bébé imprimés en coton bio trop cocos.

Et puis, Les Minis Cocos, c’est avant tout l’envie de faire rimer douceur et poésie, avec beaucoup d’amour, pour en parsemer la vie. Celles des tous-petits, comme celles des plus grands; enfants, papas et mamans.

 

Les nouveautés qui vont vous faire craquer

Composez votre coffret de naissance

Glissez les mignonneries de votre choix dans un joli coffret à l’imprimé chatons tout mignon.

N’hésitez pas à me contacter afin de composer votre coffret de naissance !

 

C’est nouveau sur le blog des minis cocos

Retrouvez-moi sur Instagram

@lesminiscocos

 Vous l'attendiez pour certaines avec impatience cette collaboration, alors avant le lancement sur ma boutique, on a décidé de vous gâter avec @thelittlewilds avec un petit concours ! À gagner un lot langes / lingettes / poupée, le tout coordonné au tissu réalisé ensemble. Pour participer vous savez quoi faire : on invite autant d'amis que l'on souhaite en commentaires (1 par commentaire) et on s'abonne aux deux comptes ! Et pour celles qui le souhaitent un partage en story en nous taguant = une surprise Fin du concours et Tirage au sort mercredi prochain.
 Bientôt dispo, le joli imprimé "rainbow wild" créé en duo avec @thelittlewilds... Et même qu'avec Sandrine on vous prépare une jolie surprise, mais je garde encore tout cela secret 🤐☺️🤗 Restez connectés les cocos  . #arcencielpastel #lingetteslavables #lingettesbio #designtextile #ecoresponsable #lingettesdemaquillantes #designtextile #illustratrice #mignonnerie #valisematernite #futuremaman
 Aujourd'hui est un jour gris. Gris sans nuances dorées cuivrées dans lesquelles me plonger et me réconforter. Gris pourtant sans bleus au corps, mais bien au cœur. Des bleus qui ne se voient pas, ou bien peut être dans le fond de mes yeux où se reflète le gris aujourd'hui. Des bleus de mots qui ont comme claqué sur ma joue. Des bleus de mots répétés, comme ancrés dans mon cerveau. Comme des tattoos invisibles, qui nous laisse à fleur de peau. Aujourd'hui est un jour gris. Gris le cœur rempli d'hématomes. Gris sans mes deux jolis mômes. Gris sans aucune envie. Comme si je me sentais vidée sans eux à mes côtés. Eux, qui colorent ma vie. Eux, grâce à qui tout semble plus simple et joli dans leurs reflets dorés cuivrés. Eux qui me demandent maintenant le soir de dormir dans le noir. Oui, vous avez bien lu, je n'y crois pas, moi non plus. Le contraste est saisissant. Avant, il fallait veilleuse, guirlande lumineuse, porte ouverte, couloir allumé... Et il fallait remonter, rester, rassurer. Des nuits hachées, parfois blanches où il fallait chasser le noir, dans la tête, dans le couloir. Avant. Aujourd'hui est peut être un jour gris, mais j'ai deux petits apaisés, grandis, sécurisés. Deux petits êtres extraordinaires, et si je le savais déjà, ce que je vois là, dans tous ces progrès, c'est ce que la sécurité est venue libérer. Il faut le voir pour le croire. Le voir dessiner des maisons qui sourient, le voir nager dans les gravillons. Le voir goûter de la brioche, manger avec ses doigts, et puis parler, parler, sans ne plus s'arrêter. Le changement est étonnant, ahurissant parfois déroutant. Mon tout petit prend sa place, s'impose, s'oppose et ne reste plus de glace. Et les mots viennent sur sa langue danser, encore et encore pendant que mon grand s'amuse à les relier, lettre après lettre, ligne après ligne, pour nous les conter. Oui, ils sont plus disponibles, plus sécurisés. Et même si certains jours peuvent être gris, surtout sans eux, je sais que demain sera meilleur, rempli de couleurs. Oui, quand bien même certains jours gris, pour eux, pour moi, les autres sont colorés. Le printemps est arrivé après cet hiver glacé. C'était le pas à faire. C'était nécessaire.
 Un réassort de lingettes est prévu tout bientôt les cocos, en attendant vous pouvez retrouver ces jolies lingettes imprimées flamand rose exclusivement sur @lajungleduprince ✨ . #mignonnerie #doublegaze #lingetteslavables #lingettesbio #designtextile #creationtissu #ecoresponsable #lingettesdemaquillantes #lingettesbebe
 Le jour du déménagement, j'ai eu au téléphone mes grands parents. Ils ne pouvaient être à mes côtés, mais grâce à eux, et beaucoup d'autres aussi, les cartons étaient plus légers ce jour où l'on changeait de vie, j'en suis persuadée. On m'a passée le combiné, et du haut de son grand âge, je l'ai entendu pleurer et me dire qu'il admirait mon courage. Cela m'a laissée un peu bouche bée et toute émue aussi. Ils avaient compris. Pourtant je baigne dans une famille où nombreux sont ceux qui sont ridés (un peu seulement, promis !) et encore unis. J'avais moi aussi en tête ce schéma de vie. Mais un jour, je suis partie avec les enfants. Je l'avais fait de nombreuses fois avant. Mais ce jour là, je le sais, j'ai décidé de faire voler en éclats ce schéma. Pour eux, pour nous, pour moi. Pour nous trois.  Nombreuses sont les personnes à me trouver courageuse. Cela me questionne et me remue beaucoup. Il y a peu de temps, j'ai lu que le courage, ce n'est pas de ne pas avoir peur, mais la capacité à résister à la peur, et à la surmonter. Aujourd'hui, j'ai l'impression que ce courage, je l'ai eu en amont. Avant la séparation. Je comprends qu'il m'a fallu porter, supporter, durant ces mois que je peine à qualifier, où l'eau était glacée. Sûrement, que ce courage a fait partie de ce cheminement et m'a amenée à franchir ce mur que je pensais infranchissable. Sûrement, que ce courage m'a poussée à partir ce jour là avec les enfants. Pourtant, je me souviens plutôt de la peur, et de la peine dans mon cœur. Oui, sûrement que le courage a fait partie de nos bagages. Peut être qu'il m'a permis de faire ce qui était nécessaire. Ce que je peine à accepter, c'est ce courage que eux, si petits, ont dû trouver. Ce que je peine à accepter, c'est ce courage qu'ils vont devoir encore mobiliser pour surmonter cette épreuve de leurs vies. Eux, si petits. Les amours de ma vie.  Alors, aujourd'hui, je n'ai pas l'impression d'être courageuse. Certes, je suis là, avec des sentiments ambivalents... Abîmée certainement, mais soulagée. Attristée, profondément par moments, mais chanceuse d'être ainsi entourée de ma famille et mes enfants.  Et puis, je crois au temps, en la vie, et en nous aussi. ⤵️